Examen bactériologique des prélèvements périnataux

 

Plan du chapitre

 

1 - Contexte : évaluation du risque infectieux périnatal

2 - Objectifs

3 - Prélèvements

4 - Examens microbiologiques

1- Micro-organismes à rechercher

2 - Examen direct

3 - Culture

4 - Antibiogramme

 

1 - Contexte : évaluation du risque infectieux périnatal

La contamination périnatale peut se produire in utero, lors de l'accouchement, ou après l'accouchement.

1 - Infection in utero

Le foetus est contaminé par voie transplacentaire au cours d'une bactériémie maternelle.

Ces infections contractées pendant la vie intra-utérine conduisent à des pathologies foetales ou/et néonatales toujours sévères (avortement, prématurité, malformations, syndrome infectieux congénital).

Les bactéries en cause sont celles capables d'infecter la mère et capables de coloniser le foetus par voie transplacentaire (Listeria monocytogenes est l'espèce la plus caractéristique de ce type d'infection).

2 - Infections néonatales

Le foetus est contaminé par le liquide amniotique qui a été lui même infecté à partir des voies génitales (chorio-amniotite). Il peut aussi s'infecter lors de l'accouchement, au passage de la filière génitale. Les

germes infectants sont souvent ingérés par le nonveau-né.

Ce type de colonisation massive contractée à la naissance peut conduire à des pathologies infectieuses néonatales qui sont graves d'emblée et sont dominées par des signes respiratoires.

Les bactéries en cause sont celles qui colonisent les voies génitales maternelles, le plus souvent sans

conséquences pathologiques pour la mère. Certaines de ces espèces sont qualifiées d'espèces à

"haut risque infectieux" pour le nouveau-né.

 

 

Les espèces actuellement reconnues à "haut risque infectieux" pour le nouveau-né sont les suivantes :

- Streptococcus agalabtiae (groupe B, types III et I)

- E. coli (classiquement de type capsulaire KI)

- H. influenzae (biotype 4) et H. haemolyticus

Les autres commensaux du vagin pouvant être impliqués dans une infection néonatale sont :

- Staphylococcus aureus

- Streptococcus et Enterococcus spp

- Entérobactéries

- Gardnerella vaginales

- Anaérobies strictes

- Mycoplasma, Ureaplasma.

Enfin, les germes responsables de pathologies vénériennes chez la femme (Chlamydia, Neisseria gonorrhoeae, Treponema pallidum) peuvent également infecter le nouveau-né. La détection de ces infections ne sera pas traitée dans ce chapitre. Les infections virales du nouveau-né (Herpes viridae, VIH, hépatites), qui sont également Il ne faut néanmoins pas perdre de vue que cette centrifugation exposera le prélèvement à une action encore plus dramatique de l'oxygène (effet néfaste sur les anaérobies) et augmente les manipulations

au laboratoire (risques de contamination).

On pratiquera :

* Un ensemencement large d'un bouillon de culture riche (type coeur-cervelle) incubé en

aérobiose observé journellement, conservé à 37 (4 jours en moyenne et pour les liquide

articulaires 10 jours)

* Un ensemencement d'un bouillon pour anaérobies.

* Des isolements aérobies sur :

- gélose au sang;

- milieu sélectif pour bactéries à Gram négatif;

- gélose chocolat incubée en atmosphère de C02 à 35'C (selon le contexte gélose BCYEalpha

Legionella , si corynéformes à l'examen direct: milieu au Tween);

* Un isolement en anaérobiose sur gélose au sang préréduit;

En fonction du contexte clinique (immunodéprimé, antécédents de tuberculose), milieu de Sabouraud

pour levures, Aspergillus (incubé entre 22 C et 30 C) et milieux de cultures pour Mycobacterium

(conservés 8 semaines) et Nocardia (1 0 jours).

3 - Interprétation des cultures

Il faut mettre en parallèle le résultat des cultures aérobie et anaérobie.

Les milieux solides sont examinés au bout de 24 et 48 heures. Les bouillons seront conservés.

Le résultat n'est considéré négatif qu'au delà du 10 ième jour en particulier pour les liquides de ponction articulaire.

Pour les liquides articulaires, un résultat posiytif est très en faveur d'une infection; en revanche, un résultat négatif ne l'exclut pas car il peut exister dans ce site des bactéries en faible quantité, quiescentes ou non cultivables. Pour les autres prélèvements, l'interprétation est souvent plus aisée.

Dans tous ces sites, y compris dans le liquide péritonéal où il peut y avoir un envahissement polymicrobien, l'identification de l'ensemble des espèces bactériennes isolées est recommandée.

Toutefois, la présence d'une culture mixte (plus de trois espèces bactériennes, aucune n'étant prédominante)

amène à discuter l'identification précise de toutes les espèces isolées et doit conduire à une confrontation avec la

clinique avant de pousuivre en conservant les souches.

 

4 - Sensibilité aux antibiotiques

La détermination systématoque de la CMI ou des CMIs des molécules utilisées dans le traitement

( telle que le recommande la nomenclature du 30 juillet 1997 ) semble excessive.

Bibliographie

Processing and interpretation of sterile body fluids :
Clinical Microbiology Procedures Handblook -
Vol. 1 - H.D. ISENBERG, A.S.M. Washington DC 1992.

FLANDROIS J.P., CIIOMARAT M. -
L'examen bactériologique des liquides de drainage non purulents -
In : Bactériologie Médicale Pratique - Medsi / Mc Graw - Hill, Paris 1988.

MURRAY P.R. and coll. Manual of Clinical Microbiology. 6th ed. ASM Press, Washington DC 1995.

FAUCHERE J.L. - Bactériofiches - Techniques en bactériologie clinique - 1997 ;
Ellipses - PARIS.

BEBEAR C., FOURMAUX S., FLEURY HJ.A.
Diagnostic biologique des MST chez la femme - Méd. Mal. Infect. 1994 ; 24 :
349- 360.

NUGENT R.P, KROHN MA. and HILLIER S.L. -
Relianbility of I)iagnosing Bacterial Vaginosis Is Improved by a Standardlized
Method of Gram Stain Interpretation -
J. Clin. Microbiol. 1991 ; 29 : 297- 301.

Recommandations pour la pratique clinique : Les infections bactériennes
cervicovaginales au cours de la grossesse .
Texte des experts. J. Gynécol. Obstet. Biol. Reprod. l997 ; 26 : 8 - 42.

Les infections cervico-vaginales au cours de la grossesse .
Recommandations pour la pratique clinique.
Texte de synthèse. Bull. Soc. Fr. Microbiol. 1998; 13 : 55 - 62.